Construire les églises et développer les relations du Royaume

La culture de l’honneur dans l’église (1)

Depuis plusieurs semaines, Dieu me parle sur l’importance de cultiver des relations exceptionnelles avec Lui et dans l’église. Des relations qui trouvent leur fondement dans le Royaume et qui vont transformer nos habitudes, modifier notre façon de voir, de faire.

Je viens de lire un livre particulièrement instructif sur le thème de l’honneur en tant que culture ecclésiale. Il s’agit du livre intitulé « la Culture de l’honneur » * de Danny Silk, pasteur à l’église Béthel de Reeding (Californie), ouvrage dans lequel Danny développe la culture du surnaturel dans l’église, indispensable pour toucher le Royaume de près.

Cette lecture m’a conduit à prêcher ces trois messages dans notre assemblée, car les disciples de France ont grand besoin d’entrer dans ce précieux domaine de l’honneur selon Dieu.

Pour commencer, nous allons lire dans la parole de Dieu :

* Ephésiens 5. 8 : « Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! »

  1. pensée biblique (du Royaume) :

Ténèbres                           =>                                     Lumière

Hier                                      =>                                  Maintenant

  1. notre forteresse de pensée :
  • nous sommes plus ou moins restés dans les ténèbres
  • notre cœur est tortueux par-dessus tout
  • nous ne serons véritablement lumière que dans le Royaume (Ciel)

=> impact sur notre vie spirituelle

En fait, notre culture est une fascination pour le péché et le jugement car nous sommes restés sous la Loi. Le péché est notre ennemi quotidien : journaux, TV sont friands de faits divers choquants où le péché des autres est dénoncé.

Nous sommes prompts à juger les autres au travers des histoires colportées, vraies ou non. Imaginons le nombre de personnes installées devant leur écran qui expriment chaque soir leur jugement et leur dégoût. Maintenant imaginons combien sont chrétiens. Imaginons-nous…

Nous devons être conscients des plans de l’ennemi : ce sont toujours les mêmes, à savoir installer l’inimitié entre les disciples de Christ. Et ça marche ! Son outil ? l’offense : conséquences inévitables ! L’offense empêche notre amour de s’exprimer : nous sommes paralysés. Nous pensons : les gens qui nous offensent ne sont pas dignes d’être aimés.

L’amour est retenu => vide affectif => place à l’anxiété et à la peur =>résistance envers l’autre=> mécanisme de défense => tendance à la domination ou au contrôle de l’autre.

C’est le modèle de défense naturel qui domine les personnes, les églises : la sanction (punition). On croit renforcer ainsi l’autorité de l’église. On renforce l’impuissance du pécheur à changer de comportement.

C’est pour mettre fin à ce processus, à ce système de pensée, que Christ est mort à la croix !

 * Jésus ouvre les portes du Royaume où les méthodes divines pour traiter les offenses sont très différentes.

Exemple du roi David qui a accordé plus de valeur à sa propre relation avec Dieu qu’aux règles de la Loi à suivre religieusement. Il a commis un péché grave (2 Samuel 11). David a commis l’adultère et le meurtre avec préméditation. Rien de moins. C’est un pécheur pratiquant. Dans l’église, il se serait fait expulser !

Le prophète Nathan lui annonce la parole de Dieu pour lui : quelle est la sanction divine ? « l’épée ne s’écartera point de ta maison. Tu ne mourras pas, mais ton fils mourra. » L’enfant meurt ; Salomon naître plus tard de la même mère. David ne méritait-il pas, selon la Loi, une sanction plus sévère dirigée contre lui ? Pourquoi Dieu agit-Il ainsi ? Pourquoi Dieu agit différemment selon les pécheurs ?

La différence n’est pas dans la nature du péché, car pour Dieu le péché, c’est le péché. Elle est dans la réponse du pécheur. A savoir la repentance. La repentance révèle le désir ardent d’un cœur à cœur avec D., d’être réconcilié avec Lui. Elle n’a aucun effet sur la réparation de la faute, elle ne sert à rien dans une église occupée à se protéger dans des règles religieuses, elle témoigne juste d’une disposition à se laisser punir pour préserver l’ordre établi (car, comme nous aimons à le dire, Dieu est un Dieu d’ordre).

Mais dans un milieu légaliste, la source du péché n’est jamais traitée. Les personnes ne changent pas : punies mais pas affranchies ! Car la question de l’amour dans le cœur à cœur avec Dieu n’est pas abordée.

Système religieux établi sur des règles : « Tu as péché ; je ne pourrai jamais plus te faire confiance ; tu es devenu un hors la loi ; tu dois être mis à l’écart. »

* La vraie repentance est un don, une grâce.

Ce n’est pas un choix personnel, un appel particulier, mais un don venant d’une vraie relation avec Dieu. La vraie repentance ouvre la voie à la restauration de la relation avec Dieu et les autres. La vraie repentance vient de la grâce et nous conduit vers la grâce !

David s’est humilié, repenti durant 7 jours. Quand il s’est relevé, c’était un autre homme. Comment le savons-nous ? il n’est plus jamais retombé dans ce péché.

Grâce => repentance => grâce => restauration

La restauration : rétablir sur le trône quelqu’un de sang royal qui ne a été écarté.

La restauration selon la pensée légaliste consiste à écarter l ‘individu qui doit faire pénitence, qui doit s’humilier, car c’est devenu une brebis galeuse. Selon la pensée du Royaume, c’est rétablir l’individu fautif dans sa position d’enfant de lumière ! C’est toute l’œuvre de la croix. La norme du Royaume : savoir cultiver et préserver notre lien d’amour et notre relation privilégiée avec Dieu et avec nos frères et sœurs en Christ.

C’est la culture de l’honneur sans laquelle aucune vie spirituelle n’est possible au milieu de l’église.

afrique-2010-019.jpg

Le pasteur Maurice Soyé reçoit des Bibles pour son assemblée, de la part des églises Barnabas du Royaume-Uni (Abidjan, 2010).

.

Honorer, c’est placer quelqu’un à la juste place où il doit être selon le cœur de Dieu.

La parole de Dieu dit que nous sommes enfants de lumière, et que nous devons vivre tels quels les uns avec les autres. L’honneur est une clé majeure du Royaume :

Nous honorons selon la Parole :

  • Dieu
  • nos parents
  • les veuves
  • les anciens
  • les frères et sœurs

mais nous reviendrons la semaine prochaine sur cette définition de l’honneur. En attendant, méditons sur cette culture céleste de l’honneur. Dieu nous honore chaque jour de Sa présence, de Ses bénédictions, de Son secours…

Le Père honore le Fils, le Fils honore le Père. L’Esprit Saint honore Christ dans l’église. Ce que Dieu fait à travers Sa nature propre, Il nous demande de faire de même sur cette terre.

Nous allons passer aux travaux pratiques à la fin de ces trois messages : nous honorer les uns les autres. Et nous verrons comment le réaliser concrètement. Vous allez voir comment les choses vont changer au milieu de nous, comment cette culture de l’honneur du Royaume va transformer nos relations et nous permettre de marcher plus dans la lumière du Royaume.

Amen !

Patrick Le Dily

* « La Culture de l’Honneur » (2009), de Danny Silk, aux éditions Hermeneia, 42 rue Lalanne, 31100 Toulouse.

 

 

 

 

 

 


Connaitre Dieu
Portes Ouvertes
Top Chrétien
Assemblée Evangélique des Alpes de Haute Provence
Barnabas Solidarités Francophones